Comment tout a commencé ?

 

         Depuis toute jeune, je suis hyperesthésique, (hypersensibilité des 5 sens) kinesthésique et passionnée par les différentes formes du  toucher, avec  un intérêt  particulier pour la complexité des relations humaines et les modes de communication. Je commençais également à sentir un lien étroit, une influence réciproque entre le corps, l'esprit et les émotions, le mental et la réalité que l'on se crée.

 

Mon éducation et l'environnement familial m'ont ouverte très tôt à plusieurs approches globales de la personne, holistiques, corporelles, verbales et énergétiques. Mais, venant d'un milieu où la communication était difficile, où les maux voire la maladie remplaçaient les mots, quelque chose manquait pour que je puisse évoluer, "guérir" et développer ce potentiel propre à chacun mais dont j'ignorais l'existence.

 

          A 22 ans, pendant mes études en faculté de lettres et langues, j'entame une psychanalyse en secret, tout d'abord pour enrayer un processus de destruction émotionnelle,  puis pour apprendre à me connaitre et à mieux vivre mon corps, à m'aimer et à construire ma vie de femme, de future compagne et de future mère, mais aussi de professionnelle, malgré mon histoire et les épreuves à venir.

Dur dur au début. Que de larmes ont coulé, enfin accueillies avec légèreté, sans aucun jugement. Que de silences, de colères, de frustrations, de découragements, de joies et la liberté de me vivre telle que j'étais vraiment... J'étais enfin entendue sans crainte et déculpabilisée de m'exprimer, d'être moi et envolée la croyance d'être responsable, d'être la cause de la souffrance ou de la contrariété de qui que ce soit, en étant moi-même. (Comme si j'en avais le pouvoir...)

Je découvrais un monde où la parole était respectée, en tant que parole exprimée, mais aussi en tant que parole tenue.

 

Mais je ne connaissais pas encore l'impact insidieux des mémoires cellulaires, des serments inconscients et des croyances limitantes sur ma vie, ni l'idée que l'on pouvait créer inconsciemment sa réalité, agréable ou difficile dans les différents aspects de notre vie. Le travail n'était pas fini.

 

          La psychanalyse me séduit rapidement. Ca me parle et correspond vraiment à mon mode de fonctionnement intellectuel. Elle m'aide souvent à équilibrer une empathie souvent envahissante et dont je ne sais que faire à l'époque. Elle répond aussi à mon besoin de sentir et de comprendre au delà des mots, au delà de mon mental très actif. (C'est peu dire)

 

J'apprends également à communiquer, à écouter, à sentir, à m'aimer et à aimer dans la douceur, de mieux en mieux. Curieusement, mon corps se répare aussi à son rythme. Les blessures émotionnelles, physiques, les traumatismes d'agression, les opérations chirurgicales qui se sont succédées pendant quelques années, les deuils ont pris un autre sens, au propre et au figuré.

J'apprends à penser autrement, progressivement, pour éviter de panser plus tard des plaies, signaux d'alarme d'un mal être profond ou d'un statut de victime qui colle à la peau, malgré moi, inconsciemment.

J'ai eu la chance de rencontrer un psychanalyste capable de se remettre en question ainsi que son travail pour mieux accompagner ses patients.  Le travail a été de longue haleine mais a porté ses fruits.

 

 A cette époque, je sentais que je voulais créer ma vie professionnelle, en adéquation avec la personne que j'étais vraiment, mais j'ignorais sous quelle forme, ou à travers quel métier... Je sentais juste un besoin d'autonomie et d'indépendance pour prendre le temps, de faire, de comprendre, d'accompagner. Je ne suis pas restée méditative tout ce temps, c'est mal me connaitre. Je quitte la faculté pendant ma licence, puis j'expérimente quelques emplois alimentaires puis plus ciblés qui se succèdent.  Il fallait que j'expérimente en même temps, pour sentir où je devais aller.

 

          Un long travail personnel approfondi, un  cheminement en constante  évolution, des  années  de  formations  dans des écoles privées ou auprès de thérapeutes spécialistes ou pluridisciplinaires, (Réflexologie (podo-rhino-auriculaire), Massage sensoriel®, Shiatsu global, massage en entreprise, massage dans les écoles ou le Misp, Sophro-relaxation, Vibrations japonaises, maîtrise Reiki Usui et Shamballa...), EFT® niveau pro, facilitation Access Consciousness Bars® et Processus corporels, nettoyages verbaux des mémoires cellulaires et des années d’expériences professionnelles dans ces pratiques manuelles, énergétiques, quantiques ou psycho-corporelles, dans des Instituts de thalassothérapie,  des Centres de  remise en forme,  des SPA 5 étoiles, dans le sud-est et le sud-ouest de la France, ainsi que des années de nursing et d'accompagnement psychologique en tant que garde-malade auprès de personnes hospitalisées ou en fin de vie, m'ont permis de faire régulièrement ce constat :

le  besoin est là

Même s’il est formulé de plusieurs manières, il existe :  le  besoin  de parler, d’être écouté,  compris,  touché,  le  besoin  de  sentir  son  corps  exister, le  besoin  de  se  connaitre, de  se  comprendre, le besoin de ne plus souffrir,  de respirer librement, de rencontrer l'autre en restant soi-même, donnant ainsi le choix à l'autre de faire de même,  le besoin  de  lâcher prise, de prendre sa place dans sa vie, de se reconnecter, d'être ici et maintenant...

 

Il  s'agissait alors de créer une activité nouvelle.

Un  compromis entre  un  travail  essentiellement  sur le corps  et  un  travail  purement  psychothérapeutique?  Non.

Une troisième solution, pour accompagner la personne, une solution en relation avec son état intérieur présent et son histoire personnelle, mais également une possibilité de transmettre un savoir faire tout en continuant à me former, à me mettre à jour, dans différentes pratiques.


En 2005, "Au Coeur de Soi" est né... Et moi avec, pour une seconde fois.

 

          En tant que Relaxologue indépendante, je pratique alors l'accompagnement  par une approche psycho-corporelle manuelle, verbale et énergétique de la personne et de la façon la plus juste pour et selon elle d'être touchée au sens propre et au figuré, afin  de  permettre la  relation  entre  son  corps  et  son "moi" profond.

 

Il s'agit  d'accueillir, à  travers  plusieurs pratiques, une personne, ses émotions, mais aussi son histoire personnelle, en passant le plus souvent par le corps et/ou la verbalisation.


Le dessein : travailler ensemble, pour amener cette personne vers un mieux-être, une détente physique, puis vers un équilibre intérieur, une plus grande autonomie, avec  respect  pour  son intégrité,  ses  besoins,  son  rythme, en tenant compte du cadre de mon propre travail... et de nos potentiels illimités en constante évolution.

 

          Après presque 10 ans en libéral, avec des hauts, des bas, des déménagements, des changements de clientèle, des demandes plus orientées vers une problématique ou une autre, j'ai senti que j'avais changé, évolué vers une autre façon de voir les choses, de sentir et par conséquent de travailler. La vie, le hasard pour certains, l'univers pour d'autres, m'en ont fait prendre conscience.

Ma vie personnelle, la maternité, ma relation de couple ont contribué également à ce changement. Je tendais vers un autre chose qui me permettrait d'aller au delà de ce que je faisais depuis si longtemps, sans me forcer, tout naturellement, détruisant des limites que je me mettais toute seule, quelles que soient leurs origines.

 

          Alors si pendant des années, j'ai travaillé main dans la main avec les personnes qui ont fait appel à moi pour comprendre leur état intérieur et s'accepter, plus conscientes de leur potentiel, j'ai conscience que j'ai profité également de ces échanges pour ma propre construction et réparation en filigrane. Normal, l'énergie circule, l'information aussi. Merci à chacun(e).

Il y a un an, je me suis sentie inspirée. Vous savez, c'est comme ces moments de surprise où l'on prend une grande inspiration avant le retour au calme, comme après l'émergence d'une révélation ou d'une nouvelle idée...

 

En 2014, l'atelier" Réaliz'toi" devient une réalité. J'ai 40 ans et je renais une fois encore autrement.

 

Ce n'est qu'un changement de nom me diront certains qui d'ailleurs préfèrent l'ancien. C'est un point de vue intéressant que celui là.  Mais cela résonne autrement pour moi. N'est ce pas l'essentiel? Un atelier, c'est un lieu où l'on met les talents en lumière pour réaliser, pour créer, pour devenir, pour s'ouvrir à la conscience...

J'aime à croire que cette nouvelle aventure, cette nouvelle naissance me permettra d'être une meilleure contribution pour moi-même, mes proches et les autres personnes que je rencontrerai dans mon travail.

 

Comment ça peut devenir encore mieux que cela?

 

Venez me rejoindre sur Facebook

  • Icône de l'application Facebook

​© 2014 by Virginie GABRIEL - with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now